Le mardi 22 octobre, les salariés du magasin Conforama Grenoble étaient en grève. Le magasin a pu fonctionner au ralenti avec des intérimaires.
Nombre de clients sont venus discuter avec les grévistes, devant le magasin, pour s’informer voire les soutenir.

Vendeur de meubles à Conforama depuis 37 ans, Yvan (nom modifié par la rédaction) nous a fait part de sa colère, sa tristesse : « Un jour, comme ça, on vous dit : vous faites partie des trente-deux magasins qui vont fermer. On a été lâché par les gestionnaires. On a travaillé toute notre vie ici. On a pu négocier 7000 € d’indemnité de licenciement (200 €/an d’ancienneté) contre 2500 € annoncés il y a quelques jours, une misère ! On nous a demandé ‘faites du chiffre, vendez des garanties,…’ et on nous jette après tout le travail et l’engagement professionnel des salariés ! »

Patricia Alonso et Eliane Gentet.

Eliane Gentet, salariée gréviste et Patricia Alonso, secrétaire fédérale CGT : « Le magasin a rouvert ici en 2015. Nous étions force de proposition
Ce magasin est profitable. Le magasin ferme car le groupe pense que l’on ne réalise pas les objectifs fixés. Le PDG invoque le besoin de liquidités ; il voulait fermer initialement 76 magasins et se prépare à en fermer 30 d’ici mars 2020 sur 240 (magasins et plateformes).
Nous revendiquons le maintien de l’emploi pour tous (reclassement St Egreve, Chambéry, Calluire, St Priest). La direction espère le transfert d’une partie de notre chiffre d’affaire sur st Egrève ; nous pouvons donc espérer des reclassements à Saint-Égrève. Le personnel est écœuré. On observe de la répression syndicale (plainte contre secrétaire général du syndicat).
Le personnel d’Avignon, Nice et d’autres magasins ont bien suivi la grève. »

The following two tabs change content below.

Edouard Schoene

Pin It on Pinterest