Ce mardi 7 avril, à l’entrée du collège Jules Vallès, à Fontaine.

La résistance au projet de réforme « le choc des savoirs », le projet du tri des élèves, se poursuit au collège Jules Vallès de Fontaine. L’association des parents d’élèves appelait les parents à ne pas envoyer leurs enfants au collège ce mardi 7 avril.

La veille 50% des enseignants étaient en grève dans ce même collège. Xavier, parent d’élève et Laetitia Ruchier, enseignante présents pour l’action explicitent leur mouvement.

Les élèves en difficulté ont besoin d’un accueil adapté ; avec la réforme ils seront mis dans des groupes faibles et vont de fait être mis de côté, massacrés. En fin d’école primaire nombre de parents d’élèves, poussés par l’idéologie de Macron vont envoyer leurs enfants dans le privé, qui ne donne pas (malgré la pub qu’ils font) de meilleurs résultats.

Grenoble Veynes Lus-la-Croix-haute

Laeticia Ruchier, enseignante.

On se bat pour la mixité, pour le « vivre ensemble ». Nous voulons faire société
Les lycéens ont vécu la réforme des lycées qui ont cassé les « classes ». Ils n’avaient plus de camarades, se sentaient isolés : on a vu le « mal être «  évoluer gravement.

Pour les collégiens ce type de fonctionnement fera des dégâts. Les parents évoquent un exemple, celui d’un enfant en cinquième : il ne va plus au collège depuis plusieurs semaines. Il est passé d’un espace protégé, le primaire, à un espace qu’il vit mal.

Face à cela, le pouvoir, menace, pour les parents d’élèves de lycées, de couper les allocations familiales si l’enfant lycéen ne va plus en classe ! C’est une situation nouvelle que vivent les parents d’élèves désemparés et les enseignants qui perdent leur crédibilité avec une multiplication de réformes improvisées qu’ils ne peuvent expliquer aux élèves.

Mathilde Rabut, parente d’élève.

Mathilde Rabut, parente d’élève témoigne aussi du ressenti des collégiens, à travers son fils, 13 ans, en cinquième. « Il a le sentiment d’injustice. Les collégiens en parlent entre eux. Ils n’ont plus de principal depuis plusieurs mois ; son prof de physique n’a pas été remplacé pendant plusieurs mois, de même qu’une enseignante d’anglais, plusieurs semaines. Il expliquait à ses grands parents que cette réforme, le tri des élèves par groupe de niveau, n’était pas bon. Les collégiens ont conscience du manque de moyens avec des classes nombreuses ; le climat n’est pas serein. On leur parle de « parcours sup » en cinquième. Ils ont déjà conscience d’être dans la concurrence. »

Le collectif qui appelait à l’action (dont au collège Vallès) avait distribué un tract aux parents d’élèves définissant les revendications à Fontaine :

• L’annulation des cinq fermetures de classes
• Des effectifs à vingt élèves par classe maximum (ce qui correspond à la moyenne européenne) quel que soit le niveau
• Le retrait total de la réforme du « Choc des savoirs » qui stigmatise et trie les élèves
• Des moyens à hauteur des besoins : recrutement de personnels formés et titulaires en nombre suffisant avec un vrai statut (enseignant-es, personnels médico-sociaux et RASED , AESH, AED, etc … ) et augmentation des budgets
• Le retour du collège J.Vallès et des écoles rattachées en Éducation prioritaire
• Des logements pour tou.te.s les élèves à la rue

Grenoble Veynes SNCF

A lire sur le même sujet

Retrouvez les dernières parutions de notre rubrique « Société »

Retrouvez les derniers dossiers de notre rubrique "Société"

Oisans. La montagne face au réchauffement climatique

Pour l’heure, la réponse des stations, c’est plus beau et (beaucoup) plus cher. Il faut pourtant se résoudre à une réduction progressive de l’impact du ski. Et imaginer de nouvelles pistes, celles d’un avenir. On n’en est pas encore tout à fait là.

0 commentaire

Jeux de société. Pour se détendre, se rencontrer, se stimuler… mais bien plus encore

Le Monopoly était à l’origine un jeu de dénonciation des rentiers… Comme quoi ! Il se crée chaque année des centaines de jeux de société. La France – et même Grenoble – occupe une place de premier plan dans cette filière créative.

0 commentaire
Amandine Demore, première adjointe au maire d'Echirolles, conseillère départementale de l'Isère.

Violences urbaines. « Nous avons beaucoup discuté avec les habitants ; ce dialogue, nous allons le poursuivre »

La ville d’Échirolles a été relativement épargnée par les violences urbaines de la fin du mois de juin. Et ce n’est pas par hasard. Une volonté de dialogue, un engagement sur le terrain, des politiques municipales de long terme… Reste que tout ne dépend pas de décisions locales. Amandine Demore, première adjointe au maire, nous livre son sentiment.

0 commentaire

Pin It on Pinterest