Les deux mois d’initiatives du collectif 150 ans de la Commune de Paris en Isère ont trouvé un point d’orgue samedi 29 mai devant la MC2 à Grenoble. D’autres dates sont déjà programmées pour poursuivre les célébrations du 150è anniversaire.

Le représentant du collectif rappelait les moments forts des initiatives commencées rue Thiers le 18 mars, pour demander que la rue soit débaptisée. « Nous sommes là parce que les combats de la commune sont toujours, vivants ! Pour les droits sociaux et nos libertés. » 

Puis Michel Szempruch a rappelé l’actualité de la Commune de Paris. Droit au logement (DAL) a pris la parole pour faire le lien entre les combats de l’association ces derniers mois et les combats et décisions prises par les communards pour le logement.

Ienisseï Teicher au nom des artistes et militants de la culture a énoncé un discours d’une grande force poétique et politique.
 Elle concluait : « 150 ans plus tard, nous sommes toujours animés par cet immense désir citoyen d’un monde juste, prêts à ne pas s’asseoir sur nos libertés, nos droits acquis, notre sens de la solidarité, ne pas s’asseoir sur ce monde imaginé collectif dans lequel l’état sait et doit prendre ses responsabilités et doit assurer pour tous le meilleur qu’il peut,…
 Nous, citoyens à l’immense mémoire nous serons des gardes fous, des gardes très fous, artistes amoureux activistes ».

De Jules Jouy à Anne Sylvestre

Tandis qu’une pause permettait de boire la bière « un demi vaut mieux qu’un T(h)iers », d’acheter des livres et brochures, d’échanger entre ami-ies de la Commune, la fête s’est poursuivie avec un chant collectif du « Temps des cerises » (Créée en 1867 par Jean Baptiste Clément qui fut communard, condamné à mort par contumace en 1874).

Pierre Saccoman a prononcé une conférence sur « La Commune de Paris et la culture ».

 L’après-midi s’est conclu par la prestation artistique très applaudie de la chanteuse Nawel Dombrowsky, accompagnée de Nolwenn Tanet (accordéon / chant). Nawel , originaire de St Martin d’Hères était ravie de participer à la fête à Grenoble.

Le concert a débuté par Filles d’ouvriers, chanson écrite par Jules Jouy, quelques années après la Commune. Nawel : « difficile de faire un concert autour des femmes sans parler d’Anne Sylvestre qui nous a quittés il y a quelques mois et qui manque cruellement. Et surtout sans chanter cette chanson écrite en 1975, hymne à la condition féminine, Mauvaise fille. Une chanson qui s’adresse aux hommes pour leur rappeler ce qu’ont traversé les femmes depuis la nuit des temps ». Une interprétation remarquable a enthousiasmé le public assis sur les marches de la MC2.

  • Deux rendez vous prochains pour poursuivre la célébration de la Commune de Paris :
    le 8 juin, conférence de Ludivine Bantigny, autrice de la commune de Paris au présent, à 18h30 à la librairie le Square à Grenoble;
  • le 17 juin, projection d’une série précieuse de documentaires sur la Commune à Monciné (Saint-Martin-d’Hères à 20 heures) . Pensez à réserver.


Sur le même sujet :
Exposition à Echirolles
Débaptisons la rue Thiers

commune de paris à Grenoble MC2

Légende photo articles Légende photo articles Légende photo articles Légende photo articles

commune de paris à Grenoble MC2
commune de paris à Grenoble MC2
commune de paris à Grenoble MC2
commune de paris à Grenoble MC2
The following two tabs change content below.

Pin It on Pinterest