Syndicalistes enseignants lors d’une manifestation de mars dernier.

Le SNES-FSU appelle à un rassemblement ce lundi 16 octobre à 18 heures devant le rectorat de Grenoble, place Bir-Hakeim.

Ce 13 octobre, une attaque terroriste s’est traduite par un terrible bilan. Le professeur de français Dominique Bernard a été assassiné et un professeur d’EPS et un agent de sécurité ont été grièvement blessés.

Dans une déclaration, le syndicat des enseignants de lycées et collèges de l’académie de Grenoble présente ses condoléances aux familles et constate : « Un professeur peut être assassiné pour ce qu’il est et ce qu’il fait. C’est dramatique et insoutenable. L’école est devenue une cible pour ce qu’elle représente : un lieu d’émancipation par les savoirs, permettant à chaque élève d’entrevoir une porte, un avenir quel que soit son milieu d’origine ». Le syndicat souligne que « cette idée est insupportable à celles et ceux qui sèment la terreur au nom de l’obscurantisme » et fait part de sa détermination : « Nous continuerons de porter cette idée d’une école émancipatrice pour toutes et tous parce que c’est bien ainsi que se construit l’avenir de la jeunesse et de notre pays. » Le syndicat appelle « à s’abstenir de toute instrumentalisation et à respecter le deuil d’une communauté éducative meurtrie ».

Ce lundi 16 octobre, les cours ne reprendront pas avant 10 heures pour permettre aux personnels de dialoguer et une minute de silence sera observée à 14 heures dans l’ensemble des établissements en hommage aux victimes d’Arras et à Samuel Patty, assassiné il y a trois ans par un acte terroriste.

A lire sur le même sujet

Retrouvez les dernières parutions de notre rubrique « Société »

Retrouvez les derniers dossiers de notre rubrique "Société"

Amandine Demore, première adjointe au maire d'Echirolles, conseillère départementale de l'Isère.

Violences urbaines. « Nous avons beaucoup discuté avec les habitants ; ce dialogue, nous allons le poursuivre »

La ville d’Échirolles a été relativement épargnée par les violences urbaines de la fin du mois de juin. Et ce n’est pas par hasard. Une volonté de dialogue, un engagement sur le terrain, des politiques municipales de long terme… Reste que tout ne dépend pas de décisions locales. Amandine Demore, première adjointe au maire, nous livre son sentiment.

0 commentaire
Gilles Vial, maire de Salaise-sur-Sanne.

Vallée du Rhône. « Ce qui caractérise Inspira, c’est peut-être d’abord son intérêt écologique »

Inspira, c’est le projet de création d’une zone industrialoportuaire à Salaise-sur-Sanne, dans la vallée du Rhône, en pays roussillonais. Projet dont le cœur est l’intermodalité fleuve-rail-autoroute. Réduction des émissions de CO2, création d’emplois… et pourtant une DUP annulée par le tribunal administratif de Grenoble. Explications.

0 commentaire
métrop

La lutte contre le racisme et l’imposture sociale de l’extrême droite

Salima Djidel est une personnalité publique dans l’agglomération grenobloise. Ce qui ne l’empêche pas d’être confrontée au racisme ordinaire. Elle a décidé de ne pas laisser passer. Au nom de tous ceux qui n’ont pas les mêmes possibilités de s’exprimer. Et elle pose une question : le combat antiraciste n’a-t-il pas perdu de sa vitalité ? Témoignage.

0 commentaire

Pin It on Pinterest