Cet équipement culturel pourrait rester fermé jusqu’à la fin de l’année.

Plusieurs édifices publics et mobiliers urbains ont été dégradés dans la nuit de jeudi à vendredi à Fontaine. Les salles de spectacle de la Source ont été incendiées.

La mairie a été attaquée et son hall dégradé. Les écoles Balmes et Langevin ont été dégradées. Plus de douze alarmes d’équipements publics ont sonné dans la nuit de jeudi à vendredi. L’absence d’éclairage après minuit n’a pas facilité le repérage des attaques.

Fontaine violences urbaines

C’est « La Source » (équipement culturel musical avec son école, trois salles de spectacles et studios de répétition) qui a subi les dégâts les plus importants.
Il semble que le feu ait été mis à des fauteuils pour qu’un incendie important puisse se propager. Lundi, des experts évalueront les conséquences du sinistre, mais il est à craindre que l’équipement ne puisse pas rouvrir avant 2024.

L’objectif n’était visiblement pas le pillage mais la destruction (ordinateurs, banque d’accueil, bar et cuisine). Vingt-deux grandes baies vitrées sont détruites. Des consignes avaient été données sur les réseaux sociaux pour « tout casser ».

Le personnel de La Source, les enseignants de l’école de musique qui ont été informés étaient effondrés de douleur. L’intervention des pompiers a limité les conséquences de l’incendie.

Grenoble Veynes SNCF

Ce vendredi dans l’après midi, plusieurs personnes venaient observer ce bâtiment et ont exprimé leur tristesse, leur colère. Parmi eux un jeune adolescent du quartier voisin.

« Je suis déjà allé à la Source avec le collège, j’aime beaucoup. C’est triste, cela ne fera pas revivre la personne tuée à Nanterre. Je regrette vraiment qu’ils aient fait ça ! »

« On peut regretter que depuis plusieurs semaines le service prévention de la ville soit réduit à une personne après plusieurs départs », nous dira un autre témoin.

Collectif de l'étoile ferroviaire de Veynes

Une déclaration de la section communiste de Fontaine rive gauche du Drac

« Un policier a fait usage de son arme à feu le 27 juin contre un jeune de 17 ans, Nahel à Nanterre, lors d’un contrôle routier. Les images terribles de cette tuerie, sont sans appel et la colère qu’elles suscitent sont totalement légitimes, et il faut que justice soit rendue. Les communistes de la section PCF Fontaine rive gauche du Drac s’associent à la douleur de la mère et des proches de Nahel, du maire et des équipes municipales de Nanterre.

Légitimité, ne signifie pas dégradations ou destructions d’édifices publics. Les violences et les dégradations ne soulageront jamais la peine, mais participeront à dégrader davantage les conditions de vie des habitants. Ces actes ne servent en rien le combat pour la vérité et la justice, ils se retournent contre ceux qui ont le plus besoin de services publics et de solidarités, nous les condamnons fermement.

Les biens publics sont nos biens communs, encore plus dans les quartiers populaires où les services publics reculent chaque jour. Nous assurons face à ces circonstances exceptionnelles, notre solidarité pleine et entière avec les agents impactés ainsi qu’avec les élu·e·s de la commune de Fontaine.

Nous en appelons au calme et à ne pas participer à ce type d’actions violentes qui ont pour résultat la destruction d’équipements publics dont notre population a tant besoin et qui sont déjà bien mis à mal.

Le débat public doit s’ouvrir et les dispositions prises pour que cette mort, la 12ème depuis 2022 pour un refus d’obtempérer, serve à engager au plus vite une politique progressiste pour la tranquillité publique avec une police républicaine proche des citoyens, au service de leurs attentes et de leurs besoins. »

A lire sur le même sujet

Retrouvez les dernières parutions de notre rubrique « Société »

Retrouvez les derniers dossiers de notre rubrique "Société"

Amandine Demore, première adjointe au maire d'Echirolles, conseillère départementale de l'Isère.

Violences urbaines. « Nous avons beaucoup discuté avec les habitants ; ce dialogue, nous allons le poursuivre »

La ville d’Échirolles a été relativement épargnée par les violences urbaines de la fin du mois de juin. Et ce n’est pas par hasard. Une volonté de dialogue, un engagement sur le terrain, des politiques municipales de long terme… Reste que tout ne dépend pas de décisions locales. Amandine Demore, première adjointe au maire, nous livre son sentiment.

0 commentaire
Gilles Vial, maire de Salaise-sur-Sanne.

Vallée du Rhône. « Ce qui caractérise Inspira, c’est peut-être d’abord son intérêt écologique »

Inspira, c’est le projet de création d’une zone industrialoportuaire à Salaise-sur-Sanne, dans la vallée du Rhône, en pays roussillonais. Projet dont le cœur est l’intermodalité fleuve-rail-autoroute. Réduction des émissions de CO2, création d’emplois… et pourtant une DUP annulée par le tribunal administratif de Grenoble. Explications.

0 commentaire
métrop

La lutte contre le racisme et l’imposture sociale de l’extrême droite

Salima Djidel est une personnalité publique dans l’agglomération grenobloise. Ce qui ne l’empêche pas d’être confrontée au racisme ordinaire. Elle a décidé de ne pas laisser passer. Au nom de tous ceux qui n’ont pas les mêmes possibilités de s’exprimer. Et elle pose une question : le combat antiraciste n’a-t-il pas perdu de sa vitalité ? Témoignage.

0 commentaire

Pin It on Pinterest