La matériauthèque permet d’accéder gratuitement à des fournitures pour le bâtiment et réduit le coût de traitement des déchets dans la métropole grenobloise. Respect de l’environnement, solidarité, lien social… l’avenir, somme toute.

Connu à Fontaine pour sa matériauthèque , « le Chantier » a essaimé tracts et affiches depuis dix jours pour appeler au soutien des Fontainois face à une menace d’expulsion.

Que se passe-t-il rue Paul Vaillant Couturier, à Fontaine? La nouvelle municipalité veut expulser le Chantier. Une association d’utilité publique : elle permet le réemploi de matériaux de construction qui finiraient à la décharge sans le dévouement de ses militants. Et permet à tous ceux qui bricolent de se fournir, gratuitement, en fenêtres et carrelages dont tous ceux qui ont un jour rénové un bâtiment connaissent le prix.

Le terrain appartient à l’établissement public foncier local. Un outil qui permet aux collectivités d’intervenir sur la gestion des terrains dans l’agglomération grenobloise. Un projet immobilier devait y voir le jour ; il a avorté après la décision préfectorale de le rendre inconstructible pour cause de risques d’inondations.

L’eau et l’électricité ont été coupées

Le bâti et le terrain ont été mis en location. C’est ainsi qu’est né un projet de « matériauthèque », lieu de dépôt et de récupération de matériaux de construction (bois, métal, tuiles, carrelages,…). Les locataires de la maison sont partis et une nouvelle équipe a repris ce projet.

Un animateur bénévole du lieu nous explique : « Une convention d’occupation du terrain était en préparation avec l’ancienne équipe municipale qui nous proposait en outre un bâtiment pour installer l’atelier. Avec la nouvelle équipe municipale arrivée aux affaires en juin 2020, la donne a changé. Nous n’avons plus accès à l’atelier, plus d’eau ni d’électricité. La municipalité ne veut plus entendre parler du local qui nous avait été proposé. Ils veulent nous expulser et nous proposent un terrain qui ne convient pas du tout en face de la salle Edmond Vigne : nous n’aurions pas de possibilité de construire un abri de matériau. »

Ce qui compte, aussi, ce sont les liens établis dans ce quartier de Fontaine. « Le lien social est essentiel pour nous. Nous pensions que les élus en charge de l’environnement, des solidarités pourraient défendre notre projet. » Mais non.

Ce que propose le site géré par l’association le Chantier

Le principe, c’est que tout un chacun peut venir déposer et/ou récupérer gratuitement des matériaux de construction.

Les responsables du lieu imaginent que des matériauthèques pourraient vivre dans plusieurs quartiers et ainsi créer des liens sociaux, aider au bricolage et permettre la réutilisation de matériaux qui ne finiraient pas en déchetteries (avec le coût de traitement que cela représente pour la collectivité) puis, le plus souvent en décharge faute de pouvoir être recyclés.

Pendant le confinement des collectifs sont nés :

  • Cantines les samedis matin. Repas sur place et distribution alimentaire (récup sur marché et biocoop) . «
    On avait installé une petite cuisine. On ne peut plus sans eau/électricité »

  • Un autre collectif a fait un jardin collectif, pour les gens du quartier.

« Nous sommes menacés d’expulsion et la mairie ne veut entendre parler que de la matériauthèque, ignorant les activités qui se développent. »

Un projet innovant, solidaire, impliquant essentiellement des jeunes est menacé. La solidarité grandit pour que cette démarche de protection de l’environnement et de réduction de la dépense publique ait un avenir.

Carrelages ou fenêtres, par exemple.

Un jardin partagé a été créé à destination des habitants du quartier.

Monter une cloison de briques? Venez vous servir.

The following two tabs change content below.

Edouard Schoene

Derniers articles parEdouard Schoene (voir tous)

Pin It on Pinterest