Francine Valeyre en son atelier de jeux et marionnettes, lors d’une de ses participations à la fête du TA.

Militante communiste, dirigeante départementale, Francine Valeyre laisse le souvenir d’une femme engagée et soucieuse de fraternité.

Francine Valeyre nous a quittés. La nouvelle de sa disparition a été douloureuse pour tous ceux qui ont connu sa gentillesse et son sens des relations humaines. Une camarade qui a compté pour tous ceux qui l’ont connue.

Militante communiste, dirigeante départementale responsable du secteur de la vie du parti pendant dix ans, elle avait pris sa retraite en 2011. Un événement salué comme il se doit à la fête du Travailleur alpin cette année-là puis lors d’une réception à la fédération.

Elle laisse le souvenir d’une femme d’une grande qualité d’écoute, avec toujours une volonté de rassembler sans faire de concessions sur des positions qu’elle pensait juste. Elle était très attentive à ce que les débats entre les communistes se déroulent dans un climat fraternel, elle était aussi appréciée pour ces raisons.

On se souvient d’elle également pour l’enthousiasme avec lequel elle participait aux manifestations munie de son carnet de chants révolutionnaires. A la fête du TA, son stand jeux et fabrique de marionnettes, proche de celui de Fernand Ricco, avait le succès que méritait sa créativité. Les enfants étaient heureux de participer à la fabrication des marionnettes.

Passionnée, Francine Valeyre l’était dans d’autres domaines, la peinture notamment. Elle peignait elle-même et exposait ses œuvres en différentes occasions, à la fête du TA entre autres.

Ces dernières années, elle faisait face avec courage à des accidents de santé.

Les obsèques de Francine Valeyre auront lieu le jeudi 8 février à 13h45 salle de cérémonie des PFI, avenue du Grand Sablon à La Tronche. La cérémonie de crémation qui suivra se déroulera dans l’intimité familiale.

Notre journal présente ses condoléances attristées à Alain Pernet, son mari, à sa famille et ses proches.

Retrouvez les dernières parutions de notre rubrique « Société »

Retrouvez les derniers dossiers de notre rubrique "Société"

Amandine Demore, première adjointe au maire d'Echirolles, conseillère départementale de l'Isère.

Violences urbaines. « Nous avons beaucoup discuté avec les habitants ; ce dialogue, nous allons le poursuivre »

La ville d’Échirolles a été relativement épargnée par les violences urbaines de la fin du mois de juin. Et ce n’est pas par hasard. Une volonté de dialogue, un engagement sur le terrain, des politiques municipales de long terme… Reste que tout ne dépend pas de décisions locales. Amandine Demore, première adjointe au maire, nous livre son sentiment.

0 commentaire
Gilles Vial, maire de Salaise-sur-Sanne.

Vallée du Rhône. « Ce qui caractérise Inspira, c’est peut-être d’abord son intérêt écologique »

Inspira, c’est le projet de création d’une zone industrialoportuaire à Salaise-sur-Sanne, dans la vallée du Rhône, en pays roussillonais. Projet dont le cœur est l’intermodalité fleuve-rail-autoroute. Réduction des émissions de CO2, création d’emplois… et pourtant une DUP annulée par le tribunal administratif de Grenoble. Explications.

0 commentaire
métrop

La lutte contre le racisme et l’imposture sociale de l’extrême droite

Salima Djidel est une personnalité publique dans l’agglomération grenobloise. Ce qui ne l’empêche pas d’être confrontée au racisme ordinaire. Elle a décidé de ne pas laisser passer. Au nom de tous ceux qui n’ont pas les mêmes possibilités de s’exprimer. Et elle pose une question : le combat antiraciste n’a-t-il pas perdu de sa vitalité ? Témoignage.

0 commentaire

Pin It on Pinterest