En avril 2022, la CGT avait organisé une réunion publique au Péage.

Le syndicat s’adresse aux élus locaux pour leur faire part de ses propositions. La création de centres de santé est désormais une urgence.

Depuis 2018, le syndicat retraités multipro de Roussillon revendique la création de centres de santé, pour faire face à la désertification médicale du territoire conséquence du désengagement de l’Etat. Nous avons rencontré l’union locale CGT Roussillon-Beaurepaire qui fait de cette revendication la première de toutes pour l’année à venir et le syndicat des retraités.

Après plusieurs courriers et rencontres avec la présidente de la communauté de communes Entre Bièvre et Rhône (EBER), après avoir été reçu par le député de la circonscription, après avoir reçu une réponse évasive du président de la région, une réunion publique a eu lieu en avril 2022 au Péage-de-Roussillon. Pour l’heure, la seule création est un centre de soins non programmés, qui permet de traiter ce qui relève de la bobologie.

Depuis l’an dernier, la CGT a écrit aux trente-sept maires de la communauté de communes EBER. Ce courrier a reçu très peu de réponses.
Le syndicat a donc décidé d’une nouvelle action : s’adresser aux élus municipaux du territoire lors de conseils municipaux afin que ses propositions soient débattues.

A ce jour, seize communes ont été visitées. Il fallait donc faire un point d’étape, un état des lieux de l’accueil. Les élus municipaux, un premier temps inquiets pour certains et étonnés pour d’autres, ont pour la majorité découvert les propositions. Certains ont même affirmé vouloir mettre ce sujet à l’ordre du jour de leur conseil municipal ou tout le moins en débattre.

Le 15 janvier 2024, lors d’une conférence de presse de l’union locale CGT, de nouvelles initiatives seront présentées afin de continuer cette lutte.

Daniel Oriol

A lire sur le même sujet

Retrouvez les dernières parutions de notre rubrique « Société »

Retrouvez les derniers dossiers de notre rubrique "Société"

Amandine Demore, première adjointe au maire d'Echirolles, conseillère départementale de l'Isère.

Violences urbaines. « Nous avons beaucoup discuté avec les habitants ; ce dialogue, nous allons le poursuivre »

La ville d’Échirolles a été relativement épargnée par les violences urbaines de la fin du mois de juin. Et ce n’est pas par hasard. Une volonté de dialogue, un engagement sur le terrain, des politiques municipales de long terme… Reste que tout ne dépend pas de décisions locales. Amandine Demore, première adjointe au maire, nous livre son sentiment.

0 commentaire
Gilles Vial, maire de Salaise-sur-Sanne.

Vallée du Rhône. « Ce qui caractérise Inspira, c’est peut-être d’abord son intérêt écologique »

Inspira, c’est le projet de création d’une zone industrialoportuaire à Salaise-sur-Sanne, dans la vallée du Rhône, en pays roussillonais. Projet dont le cœur est l’intermodalité fleuve-rail-autoroute. Réduction des émissions de CO2, création d’emplois… et pourtant une DUP annulée par le tribunal administratif de Grenoble. Explications.

0 commentaire
métrop

La lutte contre le racisme et l’imposture sociale de l’extrême droite

Salima Djidel est une personnalité publique dans l’agglomération grenobloise. Ce qui ne l’empêche pas d’être confrontée au racisme ordinaire. Elle a décidé de ne pas laisser passer. Au nom de tous ceux qui n’ont pas les mêmes possibilités de s’exprimer. Et elle pose une question : le combat antiraciste n’a-t-il pas perdu de sa vitalité ? Témoignage.

0 commentaire

Pin It on Pinterest