Les six partis de gauche signataires de l’appel.

Six partis de gauche appellent à participer à la manifestation contre l’antisémitisme dimanche 12 novembre. Ils soulignent que l’extrême-droite n’aura pas sa place dans ce rassemblement.

Le rassemblement aura lieu dimanche 12 novembre à 14h30, place de Verdun à Grenoble. « Les extrême-droites de Mme Le Pen et de M. Zemmour sont non seulement les héritiers de ceux qui livrèrent des dizaines de milliers de juifs aux camps de la mort, mais aujourd’hui encore, ils attisent les haines et les divisions pour faire advenir leur projet ethno-racialiste. La lutte contre l’antisémitisme et toutes les formes de racisme, est un combat du quotidien et concerne chacune et chacun d’entre nous », écrivent les partis signataires de l’appel.

Le texte de l’appel

Depuis l’attaque terroriste du 7 octobre d’Israël par le Hamas et l’offensive israélienne meurtrière sur la bande de Gaza qui a suivi, les actes antisémites, racistes et xénophobes se sont fortement accentués en Europe et notamment dans notre pays.

Une marche contre l’antisémitisme est organisée le dimanche 12 novembre à Paris. Plusieurs députés et sénateurs de gauche et certains Renaissance de l’Isère appellent à un rassemblement le même jour à Grenoble pour manifester contre ces actes haineux.

Nous, partis de gauche, nous joignons à cet appel à rassemblement en étant clairs sur un élément essentiel : l’extrême-droite n’aura pas sa place dans ces rassemblements.

Alors que nous allons commémorer les 80 ans de la « Saint Barthelemy grenobloise* », l’Isère est, et restera une terre de Résistance.

Les extrême-droites de Mme Le Pen et de M. Zemmour sont non seulement les héritiers de ceux qui livrèrent des dizaines de milliers de juifs aux camps de la mort, mais aujourd’hui encore, ils attisent les haines et les divisions pour faire advenir leur projet ethno-racialiste. La lutte contre l’antisémitisme et toutes les formes de racisme, est un combat du quotidien et concerne chacune et chacun d’entre nous.

Le conflit israélo-palestinien ne doit en aucun cas être l’outil d’instrumentalisation politiciennes et mérite que la France appelle à un cessez-le-feu immédiat dans ce conflit.

Ainsi, nous donnons rendez-vous à toutes les Iséroises et Isérois républicains à se joindre à nous le :
Dimanche 12 novembre 2023
à 14h30 à la place de Verdun (Grenoble)

* Vague d’assassinats perpétrée entre le 25 et le 30 novembre 1943 par les miliciens de Vichy alliés du régime nazi. Vingt et un résistants seront tués, cinq déportés.

Retrouvez les dernières parutions de notre rubrique « Société »

Retrouvez les derniers dossiers de notre rubrique "Société"

Amandine Demore, première adjointe au maire d'Echirolles, conseillère départementale de l'Isère.

Violences urbaines. « Nous avons beaucoup discuté avec les habitants ; ce dialogue, nous allons le poursuivre »

La ville d’Échirolles a été relativement épargnée par les violences urbaines de la fin du mois de juin. Et ce n’est pas par hasard. Une volonté de dialogue, un engagement sur le terrain, des politiques municipales de long terme… Reste que tout ne dépend pas de décisions locales. Amandine Demore, première adjointe au maire, nous livre son sentiment.

0 commentaire
Gilles Vial, maire de Salaise-sur-Sanne.

Vallée du Rhône. « Ce qui caractérise Inspira, c’est peut-être d’abord son intérêt écologique »

Inspira, c’est le projet de création d’une zone industrialoportuaire à Salaise-sur-Sanne, dans la vallée du Rhône, en pays roussillonais. Projet dont le cœur est l’intermodalité fleuve-rail-autoroute. Réduction des émissions de CO2, création d’emplois… et pourtant une DUP annulée par le tribunal administratif de Grenoble. Explications.

0 commentaire
métrop

La lutte contre le racisme et l’imposture sociale de l’extrême droite

Salima Djidel est une personnalité publique dans l’agglomération grenobloise. Ce qui ne l’empêche pas d’être confrontée au racisme ordinaire. Elle a décidé de ne pas laisser passer. Au nom de tous ceux qui n’ont pas les mêmes possibilités de s’exprimer. Et elle pose une question : le combat antiraciste n’a-t-il pas perdu de sa vitalité ? Témoignage.

0 commentaire

Pin It on Pinterest