La célèbre halle de la Côte-Saint-André.

Il a fallu une cagnotte en ligne et la détermination d’un collectif pour que vive l’épicerie du centre ville. Une coopérative de consommateurs est en cours de création.

Faire vivre une épicerie de proximité, dans le centre de la Côte-Saint-André, en une période pas forcément facile pour le petit commerce ? Qui plus est en restant fidèle à des valeurs de qualité des produits, de circuits courts et de réduction des déchets ?

C’est le pari dans lequel s’est engagé le collectif …

Pari qui n’était pas gagné cet été : il a fallu sonner le tocsin et lancer un appel aux dons. La cagnotte en ligne proposée a réuni quelque 5900 euros, de quoi permettre l’ouverture du magasin à la rentrée – elle est prévue le 9 septembre – et envisager l’avenir avec un minimum de sérénité.

L’objectif est maintenant de pérenniser l’ouverture de l’épicerie. Ce qui passera par une double structure.

45 coopérateurs pour assurer l’avenir

Une association, tout d’abord. Baptisée L’ékolectif, elle a tenu sa première réunion le 23 août dernier. Elle portera les valeurs du collectif : proximité, liens humains, produits sains, circuits courts et réduction des déchets. L’assemblée générale constitutive se tiendra le 26 septembre à 19h.

Une société coopérative de consommateurs, également. A charge pour elle de reprendre l’activité concrète de l’épicerie. Elle a réuni ses futurs coopérateurs le 26 août afin de finaliser l’écriture des statuts. Un minimum de 40 coopérateurs est nécessaire pour assurer l’équilibre financier du projet. Ce sont aujourd’hui pas moins de 45 personnes qui se sont engagées formellement à devenir coopérateurs et 15 à devenir contributeurs. Chaque coopérateur sera amené à investir dans le capital de la société pour un montant minimum de 100€ et à consacrer 2h par semaine au service de la société coopérative. En contrepartie, chaque coopérateur se verra attribuer un droit de vote quel que soit son niveau d’investissement initial et une remise de 5 % sur les produits vendus en boutique.

C’est donc un dispositif complet qui se met en place pour promouvoir un commerce alternatif dans le centre de la Côte-Saint-André.

Contacts

Toutes les infos sur : le-comptoirdeco.com/

Courriel : lecomptoirdeco.lecollectif@gmail.com

Épicerie vrac et bio indépendante, 4 place de la Halle, 38260, La Côte-Saint-André

A lire sur le même sujet

Retrouvez les dernières parutions de notre rubrique « Société »

Retrouvez les derniers dossiers de notre rubrique "Société"

Amandine Demore, première adjointe au maire d'Echirolles, conseillère départementale de l'Isère.

Violences urbaines. « Nous avons beaucoup discuté avec les habitants ; ce dialogue, nous allons le poursuivre »

La ville d’Échirolles a été relativement épargnée par les violences urbaines de la fin du mois de juin. Et ce n’est pas par hasard. Une volonté de dialogue, un engagement sur le terrain, des politiques municipales de long terme… Reste que tout ne dépend pas de décisions locales. Amandine Demore, première adjointe au maire, nous livre son sentiment.

0 commentaire
Gilles Vial, maire de Salaise-sur-Sanne.

Vallée du Rhône. « Ce qui caractérise Inspira, c’est peut-être d’abord son intérêt écologique »

Inspira, c’est le projet de création d’une zone industrialoportuaire à Salaise-sur-Sanne, dans la vallée du Rhône, en pays roussillonais. Projet dont le cœur est l’intermodalité fleuve-rail-autoroute. Réduction des émissions de CO2, création d’emplois… et pourtant une DUP annulée par le tribunal administratif de Grenoble. Explications.

0 commentaire
métrop

La lutte contre le racisme et l’imposture sociale de l’extrême droite

Salima Djidel est une personnalité publique dans l’agglomération grenobloise. Ce qui ne l’empêche pas d’être confrontée au racisme ordinaire. Elle a décidé de ne pas laisser passer. Au nom de tous ceux qui n’ont pas les mêmes possibilités de s’exprimer. Et elle pose une question : le combat antiraciste n’a-t-il pas perdu de sa vitalité ? Témoignage.

0 commentaire

Pin It on Pinterest