Le rassemblement a finalement eu lieu devant le palais de justice de Grenoble.

A l’appel de nombreuses organisations syndicales, associatives et politiques un rassemblement a eu lieu ce mercredi 5 juillet pour demander la justice après la mort de Nahel lors d’un contrôle routier.

Initialement prévu sur la place Victor Hugo à Grenoble, ce rassemblement a été déplacé place Firmin Gauthier à coté du palais de justice. Le préfet avait pris un arrêté pour interdire la manifestation en centre ville.

Plus de trois cents personnes ont manifesté contre les violences et l’impunité policières. Un impressionnant dispositif policier avait été mis en place pour « accueillir » les manifestants.

De nombreuses prises de parole ont dénoncé les discriminations racistes et les injustices que vivent au quotidien les jeunes dans les quartiers populaires.

Grenoble Veynes Lus-la-Croix-haute

La mort de Nahel allonge la liste des personnes tuées lors de contrôles policiers. Elle met en lumière les effets de décennies de politiques publiques défaillantes en direction des quartiers populaires et de la jeunesse qui y grandit. Une partie de la population subit le racisme au quotidien, victime de préjugés, de discriminations, et de violences. La relégation sociale de la jeunesse populaire est à la fois le résultat de politiques de marginalisation des quartiers populaires et d’un affaiblissement général des
services publics.

L’espoir d’un avenir meilleur pour la jeunesse populaire passe par un grand plan d’investissement pour l’école, les transports, le logement et l’emploi. Il passe aussi par le soutien aux associations de proximité qui ont subi toutes ces dernières années les coupures de subvention, et un contrôle de leurs activités de plus en plus renforcé sous prétexte du respect des principes républicains. Il passe par la lutte prioritaire contre la misère au lieu de la guerre menée par l’État contre les plus précaires. Il passe enfin par de réels moyens pour la police de proximité, le respect des missions de la police judiciaire et le développement des politiques de prévention.

A lire sur le même sujet

Retrouvez les dernières parutions de notre rubrique « Société »

Retrouvez les derniers dossiers de notre rubrique "Société"

Amandine Demore, première adjointe au maire d'Echirolles, conseillère départementale de l'Isère.

Violences urbaines. « Nous avons beaucoup discuté avec les habitants ; ce dialogue, nous allons le poursuivre »

La ville d’Échirolles a été relativement épargnée par les violences urbaines de la fin du mois de juin. Et ce n’est pas par hasard. Une volonté de dialogue, un engagement sur le terrain, des politiques municipales de long terme… Reste que tout ne dépend pas de décisions locales. Amandine Demore, première adjointe au maire, nous livre son sentiment.

0 commentaire
Gilles Vial, maire de Salaise-sur-Sanne.

Vallée du Rhône. « Ce qui caractérise Inspira, c’est peut-être d’abord son intérêt écologique »

Inspira, c’est le projet de création d’une zone industrialoportuaire à Salaise-sur-Sanne, dans la vallée du Rhône, en pays roussillonais. Projet dont le cœur est l’intermodalité fleuve-rail-autoroute. Réduction des émissions de CO2, création d’emplois… et pourtant une DUP annulée par le tribunal administratif de Grenoble. Explications.

0 commentaire
métrop

La lutte contre le racisme et l’imposture sociale de l’extrême droite

Salima Djidel est une personnalité publique dans l’agglomération grenobloise. Ce qui ne l’empêche pas d’être confrontée au racisme ordinaire. Elle a décidé de ne pas laisser passer. Au nom de tous ceux qui n’ont pas les mêmes possibilités de s’exprimer. Et elle pose une question : le combat antiraciste n’a-t-il pas perdu de sa vitalité ? Témoignage.

0 commentaire

Pin It on Pinterest