Le collectif organise notamment des départs groupés pour participer aux manifestations grenobloises contre le projet de report de l’âge de départ à la retraite.

Un collectif fontainois pour la retraite à 60 ans a proposé au conseil municipal de se prononcer contre le projet gouvernemental. Le maire annonce une réponse d’ici la fin du mois de février.

Le collectif Fontaine pour la retraite à 60 ans, soutenu par les syndicats Solidaires Isère et l’union locale CGT appelait à un rassemblement à l’occasion du conseil municipal, lundi 20 février. Ce collectif qui a relayé les appels aux cinq manifestations intersyndicales est présent à Fontaine pour mobiliser contre la réforme de la retraite. Il organise notamment des départs collectifs depuis la station de tram « les fontainades le VOG (prochain départ le mardi 7 mars à 9h30) 

Une prise de parole a été faite devant l’hôtel de ville. La police municipale était mobilisée pour interdire l’entrée au conseil municipal qui commençait à 19h par une présentation du projet « les portes du Vercors ». Une délégation des manifestants était autorisée à entrer en salle du conseil, vers 20h, peu avant l’ouverture de l’ordre du jour du conseil.

S’est jointe à ce groupe une délégation du collectif qui, notamment avec les parents d’élèves des collèges et le réseau RESF, demande à la ville, depuis des semaines, qu’elle aide deux familles sans abris, dont les enfants sont scolarisés à Fontaine à trouver un logement.

Grenoble Veynes Lus-la-Croix-haute

Une délégation a pu intervenir devant les élus.

Flora Jacqueline, au nom du collectif a pris la parole. « Nous avons manifesté car nous sommes fermement opposés au rallongement de la durée de travail jusqu’à 64 ans. Cette réforme n’est pas nécessaire économiquement mais relève d’un choix de faire souffrir les travailleurs les plus défavorisés, les femmes. Aujourd’hui nous vous demandons : vous élus de la ville quel soutien comptez vous apporter au large mouvement social ? Vous élus fontainois, allez-vous vous positionner pour dir OUI ou NON vous soutenez cette réforme ? Nous vous avons adressé un projet de vœu. C’est un usage courant . Nous avons posé une question via le site démocratie participative. Nous avons régulièrement échangé avec vous M. le maire, le CCAS. Cela fait 20 jours que nous vous avons rencontré. Il y a quelques années, vous aviez, M. Longo, préconisé des réquisitions. Il n’y a plus qu’un logement d’accueil à Fontaine. La solution réside dans une décision politique de n’accueillir que peu de familles. Nous vous demandons d’accueillir d’urgence les deux familles. »

M. Longo, maire, se félicite de faire le choix de laisser entrer les délégations et de les laisser s’exprimer. Le maire regrette qu’un tract ait « exigé » au maire de se positionner et nie la demande qui lui a été adressée en amont pour un vote de vœu. Il annonce qu’une réponse sera faite d’ici la fin du mois.
Concernant la délégation qui n’a pas eu de réponse du service démocratie participative, M. Longo annonce qu’il tentera de trouver une solution de logement pour les deux familles en souffrance. « La ville est en recherche de logements. Le bâtiment rue Yves Farge n’accueillera plus de familles, il sera démoli pour la réalisation d’un projet immobilier. »

Jean Paul Trovero, président du groupe Fontaine, notre planète commune, écologique et solidaire (PCF, PS) annonce que si un vœu est déposé pour demander le retrait du projet de loi pour repousser à 64 ans la retraite, il le votera. M. Thoviste (majorité municipale) : il y a un règlement intérieur pour les vœux. Si vous avez envie de faire porter un vœu par des élus, on l’examinera. On est là pour Fontaine. On n’est pas là pour aller sur un terrain politique. Ce n’est pas du rôle du conseil d’examiner de telles questions.

A lire sur le même sujet

Retrouvez les dernières parutions de notre rubrique « Société »

Retrouvez les derniers dossiers de notre rubrique "Société"

Oisans. La montagne face au réchauffement climatique

Pour l’heure, la réponse des stations, c’est plus beau et (beaucoup) plus cher. Il faut pourtant se résoudre à une réduction progressive de l’impact du ski. Et imaginer de nouvelles pistes, celles d’un avenir. On n’en est pas encore tout à fait là.

0 commentaire

Jeux de société. Pour se détendre, se rencontrer, se stimuler… mais bien plus encore

Le Monopoly était à l’origine un jeu de dénonciation des rentiers… Comme quoi ! Il se crée chaque année des centaines de jeux de société. La France – et même Grenoble – occupe une place de premier plan dans cette filière créative.

0 commentaire
Amandine Demore, première adjointe au maire d'Echirolles, conseillère départementale de l'Isère.

Violences urbaines. « Nous avons beaucoup discuté avec les habitants ; ce dialogue, nous allons le poursuivre »

La ville d’Échirolles a été relativement épargnée par les violences urbaines de la fin du mois de juin. Et ce n’est pas par hasard. Une volonté de dialogue, un engagement sur le terrain, des politiques municipales de long terme… Reste que tout ne dépend pas de décisions locales. Amandine Demore, première adjointe au maire, nous livre son sentiment.

0 commentaire

Pin It on Pinterest