Le 26 mai au Péage-de-Roussillon, Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, et Cécile Cukierman, conseillère régionale, avaient rencontré des syndicalistes et des élus locaux. En débat, les moyens de la relocalisation du paracétamol.

Une nouvelle usine va être construite sur la plateforme chimique de Roussillon pour relocaliser la production du principe actif du paracétamol. C’est l’aboutissement d’une revendication portée de longue date par la CGT.

Une victoire. Depuis des années, la fédération CGT des industries chimiques le propose. Le revendique. Et aujourd’hui le groupe pharmaceutique Seqens annonce que oui, la relocalisation aura lieu : la production du principe actif du paracétamol sur la plateforme chimique de Roussillon va reprendre, dès 2023.

Une nouvelle usine va être construite. Sa capacité sera 10 000 tonnes par an, dans un marché européen estimé à 30 000 tonnes. Elle remplacera tout ou partie des importations en provenance des usines dont le groupe Seqens est propriétaire en Chine, à Wuxi. Cette production sera destinée à Sanofi, qui commercialise la marque Doliprane, et à Upsa qui vend les boîtes d’Efferalgan. Sanofi et Upsa sont associés au projet, ainsi que l’État par le biais de France relance. Le montant de l’investissement et le nombre d’emplois créés sur le site n’ont pas été rendus publics.

Cette nouvelle usine viendra s’insérer dans la chaîne pharmaceutique dont dispose Seqens entre Saint-Fons et Roussillon autour de l’aspirine et du paracétamol.

Opération boursière

La production du principe actif du paracétamol à Roussillon avait été stoppée en 2008 par le groupe chimique Rodhia pour être transférée dans ses usines chinoises. En 2011, lors de la reprise de Rodhia par Solvay, Seqens avait racheté la branche pharmaceutique de Rodhia.

En février dernier, le projet de vente de Seqens par la société française d’investissement Eurazeo qui en est propriétaire avait fuité dans les milieux boursiers afin de tirer profit de la forte valorisation des entreprises du secteur de la santé. Parmi les groupes industriels susceptibles d’être intéressés par la prise de contrôle de Seqens, étaient cités les noms du suisse Lonza, du coréen Samsung biologics, de l’américain Cambrex et du suédois Recipharm. Les suites données à ce projet de cession ne sont pas connues.

Sur le même sujet
Paracétamol : Cécile Cukierman rencontre les syndicalistes
Les atouts de Roussillon pour relocaliser la production de paracétamol
, notre dossier de septembre 2020

The following two tabs change content below.

Pin It on Pinterest