Ce mercredi 24 mars, les responsables de la matériauthèque de Fontaine étaient convoqués au palais de justicce.

Ce mercredi 24 mars, le collectif d’associations « Le Chantier » qui gère la matériauthèque de Fontaine était convoqué devant la justice : la ville de Fontaine et l’établissement public foncier local demandaient son expulsion du terrain occupé rue Paul Vaillant Couturier. Finalement, l’audience a été renvoyée à une date ultérieure et ce, à la demande des plaignants.

Les membres des associations et tous ceux qui les soutiennent espèrent que ce délai sera mis à profit pour trouver une solution pérenne. Ce terrain a en effet été classé inondable : il n’est plus envisageable d’y construire l’immeuble pour lequel l’EPFL en avait fait l’acquisition.

Le Chantier est aujourd’hui candidat au rachat de la parcelle, une collecte est en cours pour le permettre. Anaïs, représentante du collectif, nous confiait mercredi devant le palais de justice que « ce lieu est vivant, et accueille des projets dans l’intérêt du quartier ». Elle note avec incompréhension que « de nombreux projets associatifs sont confrontés aux même difficultés que nous ; on nous dit c’est très bien mais allez faire ça ailleurs ». Pourtant, « ce que l’on fait a du sens et c’est bon pour la société : une matériauthèque, un magasin gratuit de matériaux, un atelier de bricolage qui assure la transmission de savoirs, un jardin partagé… »


Ironie du calendrier, c’est ce même mercredi 24 mars que Grenoble Alpes métropole publiait un communiqué pour annoncer l’ouverture d’une matériauthèque provisoire, qui permettra de valoriser les matériaux issus de la déconstruction de bâtiments sur le site du Cadran solaire, l’ancien hôpital militaire de la Tronche.

Faire vivre une matériauthèque, c’est décidément dans l’air du temps.

The following two tabs change content below.

Pin It on Pinterest