Les manifestations pour le droit à la culture se sont multipliées ces dernières semaines.

Le collectif  « Culture 38 » propose aux collectivités locales d’adopter un texte sous la forme d’un voeu. Il demande d’autoriser les institutions culturelles à proposer des plans de réouverture des salles qui seraient ensuite soumis pour valisation aux autorités préfectorale et sanitaire. Une façon de demander le soutien des élus locaux en même temps que de mettre le doigt sur les incohérences actuelles. Salle de théâtre fermées, centres commerciaux ou églises ouverts…

Le collectif « Culture 38 » regroupant élus et militants culturels, s’est adressé aux élus métropolitains et à une série d’élus locaux pour proposer à leurs collectvités d’adopter un vœu, intitulé « rouvrir les lieux de culture ».

La culture est essentielle, comme l’annonce le calicot sur la MC2. Les attendus de ce vœu sont clairs.

« Conscient de la difficulté de déterminer dans la durée, vu le cours très incertain de cette épidémie, les conditions sanitaires les plus efficaces pour limiter au maximum les contaminations,
Conscient des graves effets tant économiques que sanitaires des confinements et fermetures subis depuis mars dernier, notamment les effets psychiques délétères sur les personnes, qui soulèvent déjà un vif émoi dans l’opinion publique,
Conscient de l’importance de la culture pour préserver et conforter les capacités de résilience et de résistance dans une épreuve dont nul ne peut prévoir les aléas et la durée,
Conscient des conséquences graves subies tout particulièrement par les artistes et techniciens empêchés de se produire et séparés de leurs publics,
Conscient que la décision de fermeture de tous ces lieux – mesure que nous jugeons injuste et incohérente – est une atteinte à la liberté de création, d’expression pour les artistes, et d’accès aux œuvres pour le public. »

Une proposition faite aux élus locaux

Présentée à la presse le 8 mars, ce vœu que pourraient prendre des conseils municipaux ou le conseil métropolitian qui se réunit le 12 mars demande :

« Que le gouvernement remette « l’art et la culture au cœur de la société » et qu’il fasse des activités culturelles une priorité et une urgence pour toutes et tous,
Que chaque instance culturelle puisse élaborer, présenter et soumettre à l’autorité préfectorale un dispositif sanitaire rigoureux pour accueillir le public en toute sécurité. »

Curieusement, les premiers échos montrent qu’un tel vœu n’est pas si facile à adopter par les élus. Des élus locaux s’interrogent.

Pourquoi considérer qu’une équipe professionnelle, d’un équipement culturel municipal, bien formée à la gestion de l’hygiène du coronavirus, ne serait pas en capacité de proposer un plan de crise de gestion de son équipement, proposition à soumettre aux autorités sanitaires et préfectorales ?

Ne fait-on pas confiance pourtant (avec trop de légèreté d’ailleurs) aux gérants des grandes surfaces de l’agglomération pour accueillir du public en nombre ? Les clients se croisent tandis que les flux étaient contrôlés dans les équipements culturels qui ont pratiqué quelques semaines les accueils (sans la moindre contamination).

Des demandes de même nature que celles de « Culture 38 » ont été formulées à peu de chose près par le maire de Strasbourg, le président de la région Nouvelle Aquitaine, pour ne citer que deux exemples.

Le bilan espagnol de l’ouverture des lieux culturels, dans un cadre très précis, est tout à fait positif. Ouest France écrit ainsi : « À Barcelone en décembre 2020, 500 participants ont assisté à un concert debout, collés les uns aux autres mais masqués et testés dans le cadre d’une étude clinique. Huit jours après, aucun n’avait été infecté. »

Dans les prochains jours, en particulier vendredi 12 mars, au conseil métropolitain, le devenir de ce vœu sera observé par toutes celles et tous ceux qui attendent avec impatience l’ouverture des lieux culturels, dans de bonnes conditions sanitaires.

The following two tabs change content below.

Pin It on Pinterest