Ce 14 janvier à la Source, à Fontaine. Le concert se prépare. Il sera donné face à une salle privée de public, visible – et audible – devant un écran numérique.

Visite à la Source, le soir d’un concert confiné, diffusé en direct sur un réseau GAFAM.
L’occasion d’un concert pour donner à voir à nos lecteurs ce qui se passe à la Source, conservatoire de musique, salles de répétitions, salles de concerts.

Ironie du sort, tandis que Pascaline Thorel, directrice de la salle de spectacle fontainoise, nous parlait de la vie de la Source, à 18 heures ce jeudi 14 janvier, le Premier ministre annonçait le couvre-feu dès 18h applicable le samedi 16 janvier. Pourtant, nous disait-elle, « nous nous réjouissons, aujourd’hui, d’accueillir tous nos élèves (hors la classe chants), y compris au-delà de 20h, dans le strict respect des règles d’hygiène et des autorisations administratives, à la très grande satisfaction d’à peu près tous les élèves et leurs parents ». T
out se passe bien sur le plan pédagogique et sanitaire.

Le visio enseignement n’a fonctionné que quelques semaines, jusqu’à Noël.
 Depuis c’est l’enseignement en classes. 

La Source propose aux artistes qui le souhaitent, une diffusion numérique en direct de leur spectacle. Pour l’instant, c’est gratuit pour le public. Les artistes et techniciens sont évidemment rémunérés. D
e reports de spectacle en nouveaux reports, la construction du programme devient complexe.
 Peut-être un prochain concert classique le 3 février.

La fermeture n’empêche pas la poursuite du travail

Les studios de répétition sont certes fermés, comme le restaurant (qui continue à livrer des repas aux artistes) mais personne n’a été mis en chômage partiel. Toute l’équipe de La Source travaille activement avec l’énergie d’une équipe soudée attachée aux objectifs de l’établissement public.

Deux expériences de concerts donnés en direct depuis la Source sur un réseau internet ont eu un réel succès : 
Sumac Dub, le 4 décembre, avec 16 000 connexions. l
e jeune artiste dispose d’un réseau local étoffé.
 Puis Stracho Temelkovski et The sound Braka le 16 décembre : 2500 connexions.
 Cent personnes en permanence devant l’écran soit de cent à quelques centaines en écoute.

Durant le confinement, peu à peu le travail avec l’équipe des enseignants-es de l’école s’est construit avec des réunions en visio.
 Le travail de médiation culturelle s’est poursuivi toute l’année. Bientôt « un court métrage réalisé pendant deux ans sortira sur le thème du harcèlement, piloté par notre collègue Graziella. »

177 élèves ont enregistré individuellement

« Nous avons proposé un concert écrit par un de nos professeurs », raconte encore Pascaline Thorel. « Cette pièce a été imaginée lors du confinement sur le thème du confinement-déconfinement.
 177 élèves ont enregistré individuellement et un montage exceptionnel a été réalisé, Le conservatoire se déconfine, en juillet 2020. » 
Ainsi, un projet de fin d’année a-t-il pu être réalisé. U
n autre projet collectif a été présenté le 19 septembre, journée du patrimoine.

« Nous souhaitons au plus vite revoir le spectacle vivant », insiste Pascaline Thorel. La désocialisation se poursuit.
 On a tellement entendu parler du « non essentiel ». « Nous sommes totalement convaincus avec notre travail, d’être essentiels. 
On sait pourquoi on est là sur les aspects, sociaux, économiques, existentiels. »

 Tout le monde est sur le terrain.

On croit entendre les applaudissements

La Source, 18h15. Le spectacle du soir est dans sa phase finale de préparation. D

idier Boucher, guitare, basse, percussions est un habitué des lieux, comme artiste présent depuis des années, technicien, spectateur. D
idier Boucher et Guillaume Allardi, voisins, ont engagé un travail artistique à partir de reprises folk-blues.

Leur spectacle, Mama Kandy, est un duo qui va se traduire par un album et par un projet peut-être de type opéra.
 Guillaume Allardi, chanteur de talent, acteur, a produit une série d’œuvres dont une création poétique primée, Je marche, où l’on entend : « je marche, ivre des bouillons de la source ».

Aujourd’hui, c’est un duo exigeant, techniquement et musicalement. Pourquoi la Source ?
 « Nous y trouvons un accueil humain et technique exceptionnel. Nous y sommes comme à la maison. »



19 heures. La salle de l’auditorium est dans l’obscurité. L
e spectacle commence.
 Sur le réseau internet, au moins une centaine de personnes en ligne – 850 connexions en 75 minutes.

Un très beau spectacle où les sons ont été travaillés avec exigence par les musiciens et les techniciens.
 Les textes d’une grande beauté, interprétés dans un anglais parfait, racontent un parcours. A
insi, « tout le monde le sait », Everybody knows…
 Une création lumière vidéo de Manuel Majastre contribue grandement à la beauté du spectacle.
 Belle équipe son pour la soirée : François Carle et Adrien Virat. Curieux d’assister à un spectacle depuis cette salle de 120 places, très souvent enthousiaste.

Dans le silence des intermèdes, on croit entendre les applaudissements.

Pour en savoir plus :
Le spectacle du 14 janvier à voir pour quelques jours encore.
L’équipe de la Source
Visitez « La Source » 

Pascaline Thorel.

Didier Bouchet.

Guillaume Allardi.

Didier Bouchet et Guillaume Allardi en concert à la Source, ce 14 janvier, devant une salle… vide.

The following two tabs change content below.

Pin It on Pinterest