La liste macroncompatible de Laurent Thoviste s’est fondue dans la liste de droite, derrière Franck Longo. La gauche s’est rassemblée avec Jean-Paul Trovero et Sophie Romera. A l’issue du dépôt des listes, le second tour de l’élection municipale de Fontaine présente une alternative claire pour le 28 juin.

Comment prétendre défendre des valeurs de gauche et conduire une liste macroncompatible dans une élection municipale ? A Fontaine, Laurent Thoviste vient de donner la réponse. Ce n’est pas possible.

Il l’a fait en jetant le masque – ce qui n’est pourtant pas conseillé en la période. Jeter le masque, c’est-à-dire aller au bout de ses convictions en se présentant sur une liste conduite par le leader de la droite fontainoise, Franck Longo.

Jean-Paul Trovero. (archives)

Comme en d’autres villes où les listes LREM soutiennent la droite – à Lyon par exemple -, Laurent Thoviste a donc décidé de travailler à la défaite de la gauche fontainoise. Il le fait en bon soldat : il a déjà rendu publique une déclaration dans laquelle il exhorte ceux qui le croient encore de gauche à voter pour Franck Longo. On a bien compris que, dans les trois semaines à venir, Laurent Thoviste portera les valises d’un Franck Longo qui tentera de se faire oublier. C’est que Fontaine est une ville qui vote à gauche.

Les choses sont désormais d’une grande clarté. D’un côté la droite qui bénéficie logiquement du soutien de l’électorat du Rassemblement national – comme on l’a vu au premier tour – et de l’autre le rassemblement de la totalité des sensibilités de gauche – insoumis, socialistes, Génération’s, écologistes, PRG et communistes – que représente la liste conduite par Jean-Paul Trovero et Sophie Romera.

Sophie Romera.

Le choix est limpide. Une municipalité solidaire, qui agira pour la défense des services publics de proximité, aux côtés de ses habitants dans les difficiles épreuves qui s’annoncent, avec Jean-Paul Trovero et Sophie Romera. Ou bien l’aventure du coup de barre à droite d’un attelage biscornu dont la seule raison d’être et de faire échec à la gauche et de livrer la ville aux appétits de l’argent.

Ce qui vaut sans doute le coup d’une mobilisation.

The following two tabs change content below.

Luc Renaud

Pin It on Pinterest