Un débat avec le secrétaire de la CGT-intérieur, d’un ancien capitaine de compagnie de CRS, d’un élu de la métropole de Nantes et de Jérôme Barbieri, ancien premier adjoint de Rives.

Vendredi 22 mars, le Parti Communiste de l’Isère organise un débat public sur le thème des politiques de tranquillité publique, à 19h salle Pierre Brigard (106 avenue Sadi Carnot), à Rives.

L’idée a germé juste avant la manifestation du 23 septembre dernier, « contre les violences policières ». Les communistes font un constat : derrière un mot d’ordre généraliste, se retrouvent aussi des militants syndicaux engagés dans la lutte contre la réforme des retraites, réprimés par l’Etat (à l’image des militants de la CGT Energie, qui instauraient la gratuité pour les familles en « coupant » les remontées de données de consommations sur les compteurs Enedis), des habitants des quartiers populaires révoltés contre le racisme du quotidien et réclamant plus d’égalité, que des groupes d’extrême-gauche s’en prenant à la notion même de « forces de l’ordre ».

Jérémie Giono, secrétaire départemental du PCF Isère, revient sur cet épisode : « Une grande confusion régnait à ce moment-là. La direction nationale de la France Insoumise avait réussi à faire s’agglomérer des causes très différentes, et parfois antinomiques, dans une stratégie d’électrisation du débat. Sauf que l’addition des révoltes, ce n’est pas un projet politique ».

Le PCF se pose en « parti des solutions »

La direction départementale du PCF débat longuement sur le sujet, et décide qu’il ne faut pas s’en arrêter là.

L’idée d’organiser un débat public sur les questions de sécurité et de tranquillité publique est avancée, pour porter des propositions politiques sur ce terrain. Car en réalité, les principales victimes de la violence dans la société restent les classes populaires, dont le Parti se veut le porte-parole et le défenseur.

Après plusieurs mois de travail, c’est donc à Rives que se tiendra cette initiative. Un territoire périurbain et ouvrier, symbole de cet électorat populaire que Fabien Roussel entend reconquérir.

Pour Jérémie Giono, l’objectif est de « démontrer que c’est chez nous que se trouvent les solutions : la droite sarkozyste a multipliée les suppressions de postes dans la police et la gendarmerie ; la droite macroniste a saccagé les tribunaux, entrainant une explosion des délais de la justice ; et ce que porte l’extrême-droite est tout le contraire du retour à l’ordre républicain ! Au contraire, il suffit de regarder partout où leurs politiques ont été appliquées – notamment sur le continent Nord et Sud-Américain – pour constater que l’extrême-droite, c’est l’escalade de la violence et le règne de l’arbitraire, toujours au détriment de l’ensemble des classes populaires ! ».

Pour les communistes, il faut au contraire miser sur le retour de la présence de terrain, au travers notamment d’une police de proximité et de politiques ambitieuses de prévention. Une politique « progressiste et républicaine, offrant à la fois la sécurité et l’égalité », pour citer Fabien Roussel, secrétaire national du Parti.

Un débat qui verra la participation d’Anthony Caillé, officier de police nationale et secrétaire général de la CGT-Intérieur, ainsi que de Robin Salecroix, vice-président de la métropole de Nantes et responsable des questions de sécurité à la direction nationale du PCF ; de Fabrice Morand, ancien capitaine de compagnie de CRS et aujourd’hui formateur pour les collectivités ; et de Jérôme Barbieri, ancien premier adjoint de Rives.

Retrouvez les dernières parutions de notre rubrique « Politique »

Retrouvez nos articles de la rubrique politique dans ces dossiers

Élections européennes. L’enjeu industriel

Marc Dorel, ingénieur à Moirans, est candidat sur la liste conduite présentée par le PCF aux élections européennes. Outre les enjeux démocratiques d’un fonctionnement de l’Union européenne aujourd’hui confisqué aux peuples, il met en cause des stratégies industrielles soumises aux marchés financiers et contraires aux intérêts de la France et du monde.

0 commentaire

Fête du TA. « Nous espérons bien nous poser là pour un nouveau cycle »

Une nouvelle équipe et des ambitions intactes. La fête du Travailleur alpin prend ses quartiers à Saint-Egrève, parc Marius Camet, devant l’hôtel de ville. Une édition 2024 qui retrouve l’herbe verte et les grands arbres avec une perspective, le centième anniversaire de sa création, en 1929. Entretien avec Adrien Guerre, son nouveau directeur.

0 commentaire

La majorité grenobloise à la recherche d’un second souffle

Mi-mandat pour l’équipe municipale grenobloise. Interrogations sur son fonctionnement et son avenir. Et projets en cours et à venir. Comment les différentes sensibilités de la gauche majoritaire envisagent-elles les deux ans qui viennent ? Comment construire l’après Éric Piolle qui a fait part de son intention de ne pas briguer un troisième mandat ? Décryptage.

0 commentaire

Pin It on Pinterest