Le 17 novembre, devant le lycée Gambetta de Bourgoin-Jallieu, pour protester contte le démantèlement annoncé de la filière scolaire professionnelle.

Ce jeudi 17 novembre se tenait la deuxième journée de grève dans les lycées professionnels contre la réforme Macron visant à renforcer la mainmise des entreprises sur la formation professionnelle scolaire.

A Bourgoin-Jallieu, les enseignants s’étaient donnés rendez-vous devant le lycée Gambetta pour exprimer leur opposition à ce projet et discuter avec les élèves sur les très lourdes conséquences pour eux si cette réforme se met en place.

Les enseignants ont expliqué en quoi cette réforme compromettrait les poursuites d’études des jeunes de lycée pro et contribuerait à la disparition progressive des diplômes nationaux remplacés par des compétences certificatives obtenues dans le cadre de formations adaptées aux seuls besoins des entreprises locales.

écologiste

Un enjeu de société.

Les enseignants ont également dénoncé l’idée reçue selon les entreprises formeraient mieux les jeunes que l’école. Alors que les compétences travaillées en entreprise sont très spécifiques, c’est au contraire en ayant une formation complète et de haut niveau, professionnelle et citoyenne, que les élèves de lycée pro pourront prendre toute leur place dans les entreprises, comme producteur de richesses et citoyens soucieux de la planète et du devenir des humains et à même de participer collectivement aux prises de décisions en matière de gestion et de développement economique et social.

Enfin les enseignants ont souligné l’arnaque de la rétribution financière annoncée par Macron pour appâter la jeunesse. Outre qu’elle sera financée par l’impôt et constituera ainsi un énième cadeau aux entreprises, son montant ramènera le coût horaire d’un stagiaire de lycée pro de 1 à 2 euros…

Palestine Jérusalem Grenoble

Des lycéens ont pris part au mouvement.

Alors que cette réforme vise à réduire au minimum le contenu de la formation de jeunes essentiellement issus des classes populaires et à les utiliser comme des travailleurs à bas coût, les enseignants exigent son retrait et le renforcement, avec des moyens à la hauteur, de la voie professionnelle sous statut scolaire.

Après une déambulation dans les rues de Bourgoin-Jallieu pour distribuer un tract aux habitants, les enseignants ont rejoint les salariés en grève de Thermofisher pour leur apporter leur soutien.

Grenoble Alpes métropole

Rencontre devant l’usine de Thermofisher en grève.

Grenoble Alpes métropole

Pin It on Pinterest