Ce mercredi 14 avril, les discussions étaient au point mort tandis que la direction a choisi de procéder à deux entretiens disciplinaires préalable à des sanctions.

Depuis hier matin et malgré une volonté de dialogue de la part de la CGT, les discussions sont au point mort. La direction cherche-t-elle à jouer la montre ?

Aujourd’hui 14 avril ont eu lieu les deux entretiens disciplinaires dénoncé par le syndicat. Ce qui est décrit à l’issue de ces entretiens ressemble fortement à des entretiens à charge. Nous en saurons davantage à l’annonce des résultats de cette procédure d’ici quelques jours (la durée légale pour en rendre compte est comprise entre deux jours et un mois). Cela va-t-il aller jusqu’aux prud’hommes ?

Pendant ce temps la direction cherche à casser le mouvement en communiquant directement à certain·e·s salarié·e·s, contournant donc les élu·e·s.
 « Ils font de la communication pour essayer d’endormir tout le monde mais il n’y a aucun engagement concret », nous confie Florent Duc, secrétaire du CSE. « Les économies ça dure depuis 4 ans. Quand on met la pression on nous parle de projet d’investissements mais toujours rien de concret. »

Il ajoute : « Ce que nous voulons à la CGT ce sont des engagements par écrit. On ne veut pas se faire endormir, on veut que ça avance. »

Les origines du mouvement.

The following two tabs change content below.

Pierre-Jean Crespeau

Derniers articles parPierre-Jean Crespeau (voir tous)

Pin It on Pinterest