Le fait est rare. Dix partis politiques représentatifs de la gauche dans le département de l’Isère (*) ont signé un texte commun, le 7 avril dernier. Sur proposition de la fédération communiste, ils ont décidé de demander ensemble la mise à l’arrêt des productions non essentielles.

Ils citent des exemples. Tout en évoquant la procédure en cours de « danger grave et imminent » à ST Micros Crolles – quatre mille salariés – , ce texte rappelle que, le 3 avril, « la direction recensait officiellement cinquante-trois cas suspects de covid-19, soit deux fois plus que le 24 mars ». Et constate que « l’usine continue de tourner, impliquant des centaines de salariés, bien au delà des cinq personnes qui ont été réaffectées à l’autoproduction de gel hydroalcoolique ».

Schneider a pu se procurer des masques

C’est également le cas de Schneider electric, entreprise qui compte près de cinq mille salariés, fabricant de matériels électriques. Après un arrêt total, la production a repris au cours de la semaine du 30 mars. « La direction a ainsi eu le temps de se procurer des dizaines de milliers de masques pour ses salariés, masques qui manquent cruellement dans nombre de secteurs essentiels (personnels hospitaliers, soignants à domicile, commerces alimentaires, enseignants, transporteurs…) »

Les signataires évoquent encore les pressions exercées par le ministère du Travail pour inciter les entreprises du BTP à reprendre leurs chantiers « contre l’avis des syndicats de salariés, d’artisans et d’employeurs ».

Au total, « de nombreuses productions non essentielles continuent de tourner, exposant les salariés qui ne peuvent télétravailler ». Et « ce confinement en demi-teinte expose de manière irresponsable des centaines de milliers de salariés et d’artisans ainsi que les populations alentours, leurs familles, leurs voisins, les gens qu’ils croisent dans les transports… »

Un appel au préfet

Les dix partis signataires lancent donc un appel au préfet de l’Isère : « il faut faire cesser toutes les activités qui ne sont pas indispensables à la lutte contre l’épidémie et au maintien des chaînes d’approvisionnement vitales ». Les signataires demandent également l’ouverture du droit au chômage partiel « à tous les salariés et artisans concernés » et demandent la réquisition des matériels de protection dont disposent les sites de production non essentiels au bénéfice des salariés qui sont en première ligne dans la lutte contre l’épidémie.

« C’est dès aujourd’hui que les logiques sociales et écologiques centrées sur l’humain s’imposent comme les fondements d’un monde nouveau », concluent-ils.

Parti communiste français, Ades, Parti socialiste, France insoumise, Parti radical de gauche, Génération’s, Ensemble!, MRC, Gauche républicaine et socialiste et Europe écologie les verts.

The following two tabs change content below.

Luc Renaud

Pin It on Pinterest