Salle comble et même un peu plus, ce 11 janvier, pour les vœux de la fédération communiste de l’Isère. Jérémie Giono, secrétaire départemental, y a notamment indiqué la volonté des communistes rassembler dans les luttes pour le bien commun.

Simone Torres, co-directrice du Travailleur alpin.

Pas moins de deux cents personnes étaient présentes ce samedi 12 janvier pour assister aux vœux de la fédération du PCF de l’Isère. Des personnalités du bassin grenoblois étaient là, Guillaume Gontard sénateur de l’Isère, Nicolas Benoit secrétaire de la CGT de l’Isère, Annie David sénatrice honoraire de l’Isère, le maire de Saint-Martin-d’Hères David Queiros et de nombreux autres élus et acteurs de la vie politique du département.

Parmi les élus présents dans la salle, Guillaume Gontard, sénateur, Amandine Demore, adjointe à Echirolles, Daniel Bessiron et Sylvette Rochas, conseillers départeemntaux, David Queiros, maire de Saint-Martin-d’Hères et conseiller départemental et Patrick Durand, élu au Pont-de-Claix et conseiller métropolitain.

Nous avons pu écouter en ouverture de ces vœux Théo Froger secrétaire de la JC de l’Isère. Les jeunes communistes, au plus près des étudiants, ont fait état de leur implication lors des manifestations contre la loi « Parcoursup ». Un épisode difficile marqué par la répression et la violence de la police, et le silence pesant du gouvernement. Mais cela ne décourage pas la jeunesse communiste qui est à ce jour, plus que jamais et toujours, dans la lutte. Et les perceptives pour 2019, d’autres combats encore, pour donner à la jeunesse un avenir social mais aussi vitale en s’occupant des problématiques environnementales. Théo Froger finit par ces mots : « sortons de l’individualisme (…) courage et détermination dans la lutte » et une citation d’Aragon : « Croire au soleil quand tombe l’eau ».

Théo Froger, secrétaire départemental des jeunes communistes.

S’en est suivi un discours de Simone Torres, co-directrice du Travailleur alpin. Le journal du parti fête cette année ses 91 ans et la fête du Travailleur alpin ses 90 étés. A cette occasion, le TA éditera en mars un numéro spécial de 92 pages retraçant les 90 ans de la fête, numéro d’ores et déjà en prévente sur la page accueil de ce site. Au menu des entretiens avec des militants de la fête, des documents d’archives et de nombreuses photos. Se tiendra aussi bien sûr l’incontournable fête du Travailleur Alpin les 28, 29 et 30 juin 2019 au parc de La Poya à Fontaine qui accueillera pour cette année commémorative le rapeur Kery James. Simone Torres a mis l’accent sur le fait que le Travailleur alpin était un outil et une force pour les communistes dont peu des partis peuvent se prévaloir. Le TA et les Amis du TA organiseront un repas le dimanche 27 janvier à partir de 11 heures, salle Edmond Vigne à Fontaine, pour lancer les festivités de cette année exceptionnelle.

Jérémie Giono, secrétaire départemental du PCF.

C’est le secrétaire du PCF de l’Isère, Jérémie Giono, qui a conclu ces vœux. Il a tout d’abord remercié de leurs présences tous les acteurs de la vie politique du bassin grenoblois et a poursuivi avec ces quelques mots concernant les actionnaires : « en guise d’étrennes, les actionnaires des sociétés du CAC 40 ont encaissé plus de 57 milliards d’euros de dividendes, c’est-à-dire de rente prélevée sur le travail d’autrui, sur notre travail. 57 milliards, c’est près de 13% de plus que l’année précédente, et 62% de plus sur 10 ans ». Il a ensuite bien évidemment parlé des « gilets jaunes » résultat logique d’une contestation de masse de la politique actuelle. Il a aussi dénoncé la montée du fascisme en comparant celui-ci à un cancer idéologique que l’on doit combattre. Il a appelé à la reconstruction de la gauche, elle doit être de toutes les batailles, « ce combat politique, c’est celui de ceux qui défendent les intérêts des 99 %, des biens communs, et au bout du compte de l’espèce humaine elle-même, contre ceux qui défendent les 1 % et la dictature égoïste du tout-marchandise, du tout-profit. » Le PCF sera enfin présent lors des prochaines échéances électorales, avec tout d’abord cette année les élections européennes avec le chef de file Ian Brossat et ensuite en 2020 avec les élections municipales et métropolitaines. Jérémie Giono a terminé son discours avec une phrase de Clarence Darrow, un avocat qui défendait un communiste aux Etats-Unis il y a un siècle, « l’homme qui lutte pour autrui est meilleur que celui qui lutte pour lui-même ».
Ainsi se sont achevés les vœux de 2019 de la fédération du PCF de l’Isère où les personnes présentes ont pu ensuite partager le verre de l’amitié et échanger autour d’un buffet.

Des vœux très intergénérationnels.

La matinée s’est prolongée autour d’un verre.

 

The following two tabs change content below.

Gregory Grand

Derniers articles parGregory Grand (voir tous)

Pin It on Pinterest