Avoir les moyens de travailler correctement. C’est ce que demandent les personnels et les médecins de l’hôpital psychiatrique de Saint-Egrève. Une demande qui se heurte de plein fouet aux politiques austéritaires de suppressions de lits et fermetures de services. Grèves, manifestations… un printemps agité. Explications. Une infirmière en pleurs, épuisée, dans les bras d’une collègue… […]
Pour accéder à cet article, vous devez être abonné au Travailleur alpin : Abonnement au Travailleur alpin ou Abonnement de soutien au Travailleur alpin
Si vous êtes abonné, vous devez vous connecter : Mon compte
Si vous rencontrez des difficultés : Nous écrire
The following two tabs change content below.

Pin It on Pinterest