La délégation a été accueillie par le maire, Eric Piolle, en compagnie de deux adjoints, Antoine Back et Laura Pfister.

La ville de Grenoble a reçu vendredi 9 décembre une délégation syrienne venue des territoires du Nord-Est de la Syrie soumis à l’agression des autorités turques.

Cette délégation était accueillie à l’occasion d’une semaine exceptionnelle où s’est tenu le sommet mondial de la démocratie participative auquel environ soixante pays ont participé. A la différence d’autres villes où la délégation syrienne est passée (Paris, Lyon…), le maire de Grenoble, Eric Piolle et ses adjoints Antoine Back et Laura Pfister, ont tenu à marquer publiquement leur soutien politique à cette délégation.

Réception à l’hôtel de ville.

Le communiqué de la ville précise ainsi :

Dans cette région, de la taille de la Belgique où vivent 4 à 5 millions de personnes – incluant le « Rojava » kurde et des territoires arabophones libérés suite à la guerre menée contre Daech par les Forces démocratiques syriennes, en partenariat avec la coalition internationale – se met en place depuis 2014 une expérimentation inédite basée sur l’égalité des genres, la démocratie locale, l’écologie, et la coexistence pacifique des peuples et des religions. Les acteurs et actrices locaux-ales et les associations persistent à construire une société de paix malgré un contexte social et politique très difficile, entre invasions de la Turquie, crise humanitaire et écologique, pressions du régime de Bachar al Assad, résurgence de Daech, intérêts de la Russie, de l’Iran et des États-Unis. La venue de cette délégation inédite en France est d’autant plus importante que depuis le 20 novembre, le régime turc envoie des drones et des avions pour bombarder la région autonome du Nord et de l’Est de la Syrie, causant plusieurs dizaines de victimes et la destruction d’infrastructures civiles. Erdogan menace d’une invasion terrestre notamment dans la région symbolique de Kobanê, connue pour sa résistance à l’État Islamique. Cette escalade de la guerre, la plus forte depuis la dernière invasion de la Turquie en 2019, menace des dizaines de milliers d’habitants et habitantes de la région et met en péril la lutte des Forces Démocratiques Syriennes contre la résurgence de l’État Islamique.

Eric-Piolle

Eric Piolle, maire de Grenoble.

Cette délégation était organisée dans le cadre d’une action de solidarité de plusieurs villes par le réseau Jasmines et la fondation Danielle Mitterrand. Ce réseau mène une série d’actions concrètes de solidarité dans le Nord-Est de la Syrie. La délégation a dit avoir beaucoup appris de son séjour en France.

Eric Piolle a accueilli les invités en précisant : « Nous avons une responsabilité , une volonté de faire sortir de l’ombre les combats que vous menez, sans parler des événements tragiques que vous vivez ».

Concernant les attentes des populations syriennes à l’égard de notre pays, Berivan Omar nous indiquait attendre « des Français qu’ils fassent pression pour que les autorités françaises prennent leurs responsabilités. Notre peuple fait face à des agressions meurtrières quotidiennes, totalement contraire au droit international. La France qui a soutenu nos combats victorieux contre Daesh doit intervenir avec force pour que cesse immédiatement la guerre dont nous sommes victimes ».

La délégation syrienne était composée de :
Berivan Omar, co-présidente du Département des autorités locales et de l’écologie de la région de Jezireh, et ancienne co-présidente du Bureau des femmes de la région de Jezireh;
Suleman Khalil, co-président du comité des municipalités du canton de Qamishlo;
Ziwer Ceikho, co-président de l’association des Tresses Vertes centrée sur la reforestation citoyenne de la région;
Rawshen Suleman, conseillère technique de l’ONG Un Ponte Per, et spécialiste des enjeux autour de l’eau.

Invitée par la ville, une délégation d’AIAK, association de solidarité avec les Kurdes, était présente.

Eric-Piolle

Des responsables de l’Association iséroise des amis des Kurdes aux côtés de la délégation des territoires du Nord-Est syrien.

Rassemblement de solidarité avec la délégation syrienne

 

Devant l’hôtel de ville de Grenoble à midi, samedi 10 décembre une photo de solidarité avec le combat pacifiste des militants du Nord-Est de la Syrie a été prise. Ce fut l’occasion d’un appel :

Nous, personnalités publiques, élu.e.s, membres d’associations, artistes, universitaires, etc. :
• déclarons solennellement que nous sommes toutes et tous concerné.e.s par la situation au Nord et à l’Est de la Syrie et les risques de résurgence de Daech ;
• demandons que des sanctions soient prises contre les bombardements, l’invasion et l’occupation par la Turquie de territoires syriens ;
• demandons une zone d’exclusion aérienne afin que cessent les attaques aériennes ;
• affirmons notre soutien aux populations civiles et à toutes celles et ceux qui administrent et font vivre la région du Nord et de l’Est de la Syrie ;
• demandons à nos gouvernements d’agir et d’apporter tout leur soutien logistique et financier pour répondre aux besoins des populations.

Les lecteurs du Travailleur alpin peuvent joindre leur signature à cet appel de « France libertés » ou l’envoyer avec votre « Prénom / Nom / Fonction / Organisation » par courriel à l’adresse pierre.bonneau@france-libertes.fr

Le samedi 10 décembre, devant l’hôtel de ville de Grenoble.

Retrouvez nos articles de la rubrique "Solidarités" dans ces dossiers

Secours populaire. Ils font vivre la solidarité au quotidien

Le comité de Saint-Martin-d’Hères du Secours populaire a assuré la continuité de l’aide aux bénéficiaires grenoblois pendant la parenthèse qu’a connue la fédération de l’Isère de cette association solidaire. Des locaux qui abritent une activité fébrile et une fréquentation soutenue. Rencontre avec Samir Rebadj, son responsable. Et le point sur six mois de crise.

0 commentaire

Ukraine. La mobilisation pour la paix et la solidarité

Sidération. C’est un peu le sentiment partagé par Anastasia Moshak et sa famille après l’agression russe de l’Ukraine. Une guerre qu’elle suit au jour le jour avec ses grands-parents ukrainiens aujourd’hui réfugiés à Échirolles. Sans préjuger de l’avenir, elle souligne que les peuples russes et ukrainiens ne sont pas ennemis.

0 commentaire

« Nous ne sommes pas que des distributeurs de nourriture »

En un an, la brusquerie de la crise sanitaire s’est transformée en un quotidien morose. La crise économique, semble pour l’instant avoir été évitée « quoi qu’il en coûte », pour reprendre les mots du président. Pour ce qui est de la crise sociale, la précarité semble avoir atteint de nouveaux publics. Reportage auprès des Restos du cœur.

0 commentaire

Pin It on Pinterest