Mood. ©Théo Giacometti

Sobrement, le programme alignait quatre noms : Childs / Carvalho / Lasseindra / Doherty. Quatre noms de chorégraphes, la plus connue étant Lucinda Childs. Il annonçait aussi une forme de manifeste « Pour une danse décloisonnée ». Totale surprise et total bonheur ! Une brillante proposition imaginée par le collectif (LA)HORDE à la tête du Ballet national de Marseille.

Tempo Vicino de Lucinda Childs. 22 mn d’une danse à la précision métronomique !
Quatre danseurs et quatre danseuses tracent des figures de plus en plus complexes dessinées par la grande icône de la danse post-moderne américaine. Née en 1940, Lucinda Childs a supervisé la reprise de son ballet, créé en 2009, depuis New York, grâce à Zoom. Covid oblige.
Sur la musique de John Adams, la précision n’enlève rien à l’intensité.

écologiste

Tempo Vicino. ©Théo Giacometti

One of four periods in time (Ellipsis) de Tânia Carvalho. 21 mn d’étonnement ravi !
Quinze danseurs et danseuses surgissent sur scène dans des costumes improbables, en camaïeu de gris, inspirés d’un Moyen Age imaginaire, et chaussettes rouges. L’effet de groupe et l’étrangeté des costumes, qui brouillent les sexes, happent les spectateurs et spectatrices. A plusieurs reprises, la danse semble se figer en tableaux, au sens propre du terme, picturaux. Musique de Vasco Mendonça.
Née en 1976, active depuis une vingtaine d’années, non seulement dans la danse mais aussi la musique, le dessin et le cinéma, la portugaise Tânia Carvalho a créé l’œuvre pour le Ballet national de Marseille en 2021.

Palestine Jérusalem Grenoble

One Of Four Periods In Time. ©Théo Giacometti

Mood de Lasseindra Ninja. 18 mn à couper le souffle !
Danseurs et danseuses surgissent de cour et jardin dans des costumes roses érotiques : bas résille, hauts talons, casques surmontés d’une queue blonde et/ou d’une corne. La surprise augmente encore d’intensité. L’énergie de la chorégraphie transporte la salle qui retient son souffle.
Musiques rythmées de Boddhi Satva, le DJ centrafricain, de l’Angolais Maboko Na Ndouzou …
Lasseindra Ninja est une danseuse queer professionnelle française, née en Guyane en 1986.  Elle est une figure emblématique du voguing (ou vogue) en France : danse urbaine inventée à New York dans les années 1970 à 1980, né dans les clubs gays et les bals fréquentés par des homosexuels et transgenres afro-américains.

Grenoble Alpes métropole

Mood. ©Théo Giacometti

Lazarus de Oona Doherty. 8mn sur le sublime Miserere d’Allegri !
Les danseur.se.s ont quitté leurs costumes « trans » éblouissants pour des uniformes blancs. D’autres se sont joints à eux. Ils et elles sont maintenant plus de vingt sur scène.
Née en 1986, Oona Doherty est une artiste irlandaise originaire de Belfast. Issue d’une famille modeste, elle explore les stéréotypes masculins des banlieues de Belfast dont elle traduit la force et l’expression de la colère. dans ses chorégraphies. Le contraste entre la violence suggérée par la danse et la musique céleste d’Allegri est saisissant.

Grenoble Alpes métropole

Lazarus. ©Didier Philispart

Saluons le projet de (LA)HORDE de confronter deux conceptions de la danse : la clarté des lignes, d’un côté, l’énergie brute de l’autre. On en redemande !

Pin It on Pinterest