Roger Magguilli, lors d’un des nombreux combats auxquels il a participé au service de tous.

Un dernier hommage a été rendu jeudi 24 août à Roger Magguilli, décédé à 85 ans, emporté par la maladie. Le centre funéraire de La Tronche était bondé en cette fin d’été.

Ses dix petits enfants ont énoncé chacun un mot pour caractériser leur grand père.
L’émotion était grande dans l’assistance car aussi bien sa famille, que ses camarades du club de vélo, que Sylvette Rochas, adjointe au maire d’Echirolles, parlaient d’un homme simple, dévoué, engagé, fraternel, persévérant, déterminé, gentil,…
Plusieurs de ses camarades du Dauphiné libéré étaient présents et se souvenaient de Roger qui a été secrétaire du comité d’entreprise, élu CGT en 1986. « Toujours prêt à aider, il suivait encore assidument nos actions et était généreux en encouragements. Présent à pratiquement toutes les manifestations, c’était toujours un plaisir d’échanger avec lui. Il fait partie des élus CGT qui ont initié la lutte pour que tous les salariés du DL bénéficient de meilleures conditions de travail et de rémunération. Nous lui en sommes reconnaissants. »

Un de ses anciens collègues, Philippe, se souvient de Roger conseiller prud’hommal, du responsable qui formait des militants, de l’élu qui avait une conception ambitieuse du comité d’entreprise, pour la mise en œuvre d’actions culturelles, de formation, de loisirs, d’émancipation, de solidarités

« Roro » était très apprécié des ses collègues du club cyclo ALEC d’Echirolles, dont il a été vice président (première licence en 1988). « Grimpeur/rouleur, quand il était chaud, il était chaud. Il a fait Paris-Brest-Paris, Bordeaux-Paris,…Il a eu deux accidents dont l’un récemment ».

Sylvette Rochas évoque une « belle personne », un homme « dévoué, entier, optimiste, constructif, volontaire, très engagé sur l’aménagement de la cité et sur le combat pour l’égalité femmes-hommes. Il d’est imposé comme leader dans le comité consultatif des retraités. »

En novembre 2015, Roger s’est rendu en Palestine dans le village d’Al Massara avec un groupe organisé par un collectif de solidarité du Trièves Il disait «vouloir se rendre compte par lui-même de la façon dont les gens vivent, faire en sorte qu’ils ne soient pas oubliés » Il avait été très touché par ce séjour et avait organisé un compte rendu public à Echirolles.

Roger, « chaleureux, altruiste, empathique, attachant, militant, artiste, aimant, jardinier, hédoniste, sportif, combattant, déterminé, à l’écoute, … »

Roger avait un amour profond pour sa femme, sa famille, pour la vie. Il était artiste et offrait à ses petits enfants les aquarelles qu’il peignait.
Le Travailleur alpin présente ses condoléances à Chantal son épouse, à ses trois enfants et à toute la famille.

The following two tabs change content below.

Edouard Schoene

Pin It on Pinterest