Joël Marseille est le candidat communiste au sein du quadrinome présenté par le Printemps isérois dans le Haut Grésivaudan.

Le Printemps isérois joue la diversité de ses composantes, dans le canton du Haut Grésivaudan. Une richesse dont témoigne une campagne qui prend son envol, dans les conditions difficiles qu’impose la crise sanitaire.

Dans le canton du Haut Grésivaudan, les communistes sont présents dans le quadrinôme des candidat.e.s : Joël Marseille du PCF est le remplaçant de Franck Pourchon (EELV), tandis que Cécile Lacroix (LFI) joue le même rôle auprès de la titulaire Florence Guesdon (Génération.s).

Depuis plus d’un mois, le comité de campagne travaille à l’organisation administrative et militante de la campagne : un véritable défi alors que les conditions sanitaires sont toujours très contraignantes et l’espace médiatique réservé aux élections départementales quasi inexistant.

Le travail de convergence politique initié au niveau départemental, se vérifie chaque jour dans les échanges. Chaque sensibilité politique, dans le respect de ses partenaires, met en relief tel ou tel axe du Printemps isérois : qui la question des services publics et des solidarités, qui les problématiques de l’émancipation autour de la culture et de l’éducation; un tel propose une rencontre autour de la conversion de l’économie touristique de montagne ou de l’agriculture de plaine, tandis qu’une autre s’empare du sujet du handicap et de l’autonomie…

Quatre réunions publiques

Toute cette effervescence aboutit à la construction d’un collectif et d’une dynamique de campagne où chacune et chacun trouve sa place à égalité d’intervention et d’écoute. Car les acteurs de la campagne prennent plaisir à militer ensemble pour une véritable transformation des politiques sociales, écologiques et démocratiques du département de l’Isère. Ainsi deux rencontres débats ont été organisées en « visio », ouvertes aux signataires du Printemps isérois et au-delà. Une troisième est en préparation.

Autour de ces candidatures, les soutiens militants de chaque sensibilité s’activent et à quelque trois semaines du premier tour, l’équipe s’est déconfinée et irrigue le territoire : distribution de tracts sur les principaux marchés, dans les gares de la vallée, conférence de presse et réunions publiques (quatre sont prévues) et autres collages d’affiches se succèdent avec l’appui des militants locaux.

« Nous croyons et nous travaillons à la construction de ce département pionnier de la révolution sociale, écologique et démocratique dont notre canton et… notre pays ont tant besoin. »

The following two tabs change content below.

Pin It on Pinterest