Lundi 30 novembre, le syndicat CGT de l’entreprise TREDI située à Salaise-sur-Sanne appelait à un débrayage de deux heures en soutien à un salarié convoqué à un entretien préalable ce même jour, mis à pied à titre conservatoire depuis plusieurs jours et risquant un licenciement pour faute grave suite à une erreur de manipulation lors d’une opération de nettoyage d’installation chimique.

Ce sont plus de soixante salarié e s qui se sont rassemblés devant les portes de l’entreprise dénonçant le caractère disproportionné de la sanction envisagée par l’employeur.

Daniel Oriol secrétaire de la section communiste de Roussillon, retraité de cette entreprise apportait le soutien des communistes du pays roussillonnais au salarié et pour démontrer par les actes que les communistes seront toujours du côté des exploités.

La solidarité par la lutte a payé, le salarié ne sera pas licencié. Il devra toutefois subir une mise à pied de cinq jours.

The following two tabs change content below.

Pin It on Pinterest